Non classé

Changement d’heure, depuis 1976 nous consommons autant mais payons notre énergie 4 fois plus cher !

changement d'heure

Le changement ça emmerde tout le monde et surtout, ça ne sert à rien !

Faites comme bon vous semble mais moi je fonctionne en heure Solaire !

Octobre 1973 – Guerre du Kippour – La guerre du Kippour entre Israël et les pays arabes déclenche le premier « choc pétrolier »,

1980 – 1981 – Révolution iranienne – Sous les effets conjugués de la révolution iranienne, du début de la guerre Iran – Irak et du redémarrage de la demande mondiale, le prix du pétrole est multiplié par deux entre la mi-1978 et 1981, passant de 50 dollars à 100 dollars le baril. C’est le deuxième choc pétrolier, mais la demande réagit cette fois à la baisse et les technologies continuent de se développer, si bien que les cours redescendent dans les années suivantes.

Mars-avril 2003 – La deuxième guerre du Golfe – Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, les États-Unis interviennent en Afghanistan puis accusent le régime de Bagdad de soutenir les terroristes d’Al-Qaïda et de détenir des armes de destruction massive. À la tête d’une coalition internationale moins large qu’en 1990, les États-Unis occupent l’Irak et détruisent massivement ses infrastructures (ponts, stations d’épuration d’eau, centrales électriques…). La production irakienne d’hydrocarbures devient proche de zéro. Malgré la guerre, les prix du pétrole ne s’emballent pas grâce à l’intervention de l’Opep. Les prix du pétrole augmentent de manière significative en 2004.

2007 – 2008 – Une spirale de hausses de prix – Des grèves au Venezuela, des arrêts de production au Nigeria, et d’autres événements localisés provoquent une baisse de la production mondiale. Inversement, la demande s’envole avec d’une part la politique américaine de réductions d’impôts et d’autre part le décollage de la Chine et d’autres pays émergents. La spirale de hausses des prix est impressionnante : le cours du Brut passe de 96 dollars en janvier 2008 à 144 dollars le baril en juillet de la même année.

2009 – 2014 – Les « printemps arabes » – Les menaces de l’Iran de bloquer le détroit d’Ormuz, une voie de transit stratégique pour les pétroliers, et les « printemps arabes » dans plusieurs pays producteurs déstabilisent les cours. S’y ajoutent les effets de la croissance forte dans les pays émergents. Les cours montent de façon continue, produisant un effet de tassement dans la croissance mondiale. Certains experts parlent d’un « choc pétrolier rampant ».

Été 2014 – début 2015 – La poursuite de l’essor des hydrocarbures non conventionnels aux États-Unis finit par inquiéter l’Arabie Saoudite qui perd des parts de marché. Elle fait pression sur les prix du baril pour tenter de réduire la rentabilité des producteurs américains. Dans le même temps, un ralentissement de la croissance en Chine et des crises dans divers autres pays, comme le Brésil, provoquent un relatif ralentissement de l’augmentation de la demande. Ces facteurs se conjuguent et le baril qui restait largement au-dessus de 100 dollars depuis 2011 retombe début 2015 autour de 60 dollars.

En 2018 ce prix malgré des baisses suivit de hausse spectaculaires, depuis le changement d’heure en 1976 nous payons notre énergie 4 fois plus cher qu’avant et les changement d’heure deux fois pas ans en France ne représente rien face à ce qui se passe dans le monde et dont nous dépendons.

Chaque nuit nos ordinateurs change de jours en heure Solaire, c’est cela na change pas et nous qui sommes de plus en plus dépendant de l’informatique devons nous y soumettre.

 

Coinsexe |
Coralie de Nantes |
Un mâle... des mots |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ljosalfheim
| Gregescortme
| Bonne à tout faire d'Eva